• +213 --- --- ---
  • noreply@example.com
  • Tyagal, Patan, Lalitpur

LA REVUE ALGÉRIENNE DE MÉDECINE ET DE TABACOLOGIE N° 2 Octobre 2020 – ISSN 2716-9251

Pr. Mohamed BOUGRIDA
Physiologie, Constantine

Le tabagisme constitue un problème actuel majeur de santé publique, responsable d’une morbidité et d’une mortalité très importante.
En effet, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la mortalité imputable au tabac dans le monde a été estimée à environ 4 millions de décès en 1998 et devrait s’élever à près de 10 millions par an en 2030, dont 70% dans les pays en développement. Il devrait être la cause la plus facilement évitable de morbidité et de mortalité, car les dangers sont maintenant connus de la majorité de la population, y compris des fumeurs.
Le tabagisme est l’antagonisme du vieillissement en bonne santé, du vieillissement réussi sans pathologies avec peu de risques d’en développer, par contre il représente un facteur de risque et aggravant des maladies survenants avec l’âge notamment les maladies broncho-pulmonaires et cardio vasculaires.
Actuellement le tabagisme est considéré comme maladie chronique, la chronicité est en rapport avec la dépendance liée à la nicotine et à l’exposition chronique et quotidienne aux substances nocives de la fumée du tabac.
Le tabagisme est considéré comme le premier risque cardio vasculaire ce risque sera multiplié par trois s’il est associé au diabète et à l’obésité Une autre pathologie chronique est directement liée au tabagisme c’est la broncho-pneumopathie chronique obstructive (La BPCO). C’est une maladie REVUE TABACOLOGIE 6 N° 2 – NOVEMBRE 2020 caractérisée par une obstruction chronique des voies aériennes non complètement réversible progressive et qui évolue vers l’insuffisance respiratoire chronique et l’handicap.
Par ailleurs la prévalence du tabagisme en Algérie selon plusieurs études est aux alentours de 10% chez le fumeur adulte du genre masculin et au environ de 4% chez le genre féminin.
De ce fait la prise en charge du tabagisme est une priorité de santé public et elle est d’abord basée sur la prévention primaire et secondaire.
Concernant la prévention primaire elle intéresse les enfants, les adolescents et les jeunes adultes car cette tranche d’âge est la cible des fabricants du tabac, donc la protection des enfants et l’adolescent devient une priorité préventive et sanitaire.
La prévention peut se faire par l’interdiction de fumer dans les lieux publics, en Algérie la loi existe depuis 2001 et qui doit être appliquée.
L’interdiction de la vente au mineurs, l’augmentation du prix du paquet de cigarette, les compagnes d’informations préventives destinées au grand public (Radio, télévision, affichage…), la mention du danger du tabagisme sur les paquets de cigarette et enfin augmenter les taxes sur la tabac. Ces mesures préventives devraient être appliquées avec rigueur.
La prévention secondaire concerne le dépistage précoce des maladies liées au tabagisme BPCO, et cardio vasculaire et l’installation des consultations anti-tabac afin de sevrer le maximum de fumeur.
Le tabagisme est phénomène sociétal et comportemental, donc le rôle des associations et la société civile dans la lutte anti-tabac n’est pas négligeable.
Enfin le tabagisme est une maladie et tous les fumeurs sont malades qui nécessitent une prise en charge psychologique, comportementale et médicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *